• En remerciement à tous ceux qui m'ont contacté en ce jour "festif" et une facétie de plus pour les visiteurs.

    Cyrano reste une de mes pièces préférée et la tirade du nez un exercice qui m'amuse toujours.

    Mais lisez Pluto comme dit Mickey

    Interlude

     

    Bon anniversaire Fabulyon ! Déclara un bellâtre

     

    Fabulyon :

    Ah ! Non ! c’est un peu court jeune homme !

    On pouvait dire … Oh Dieu ! … bien des choses en sommes !

    En variant le ton, par exemple, tenez…

     

    Agressif :

    Cinq ans déjà mon vieux que tu es retraité

    Ça nous coûte un max de devoir te payer

    Amical :

    Tu fais plaisir à voir, quel est donc le secret

    De ta mine épanouie ? On dirait un jeunet !

     Descriptif :

    Avec le dos bien droit tu gardes un port altier

    Qui accentue la grâce de ton crane argenté

     Curieux :

    Adepte d’Epicure, de tripoux, de gratons

    Gourmand comme une puce sur le dos d’un miron

    Comment fais-tu mon dieu, pour ne pas être rond ?

    Gracieux :

    Il faut bien que tu aimes être en bonne compagnie

    Pour régaler tes proches avec tes facéties.

    Truculent :

    Ta verve intarissable nous fait souvent penser

    Au Rhône des autrefois qui s’laissait pas dompter

    Prévenant :

    Prends-tu bien chaque soir une petite tisane ?

    Tendre :

    On t’aime assurément. D’ailleurs voici ta canne !

     

    Cavalier :

    C’est tard et je m’en vais. N’oublie pas tes cachets

    Emphatique :

    Tous les poivrots du monde, lèvent pour toi leur pichet

     Admiratif :

    Tu t’enquilles au repas trois pots de Beaujolais ? 

    Lyrique :

    Les dieux dans ton berceau ont salué le Lyonnais !

    Dramatique :

    Arrête de tousser, tu fais trembler les vitres 

    Naif :

    Tiens ! Personne ne rit, pourtant tu fais le pitre !

    Respectueux :

    J’ai changé l’eau du verre où tu mets ton dentier !

     Campagnard :

    A sa trogne rougeaude il ne fait pas pitié

    Militaire :

    Pépé on le connaît par cœur ton service militaire

    Pratique :

    C’est par sécurité Pépé, qu'on note ton code bancaire !

     

    Voilà ce qu’à peu près mon cher , vous m’auriez dit

    Si vous aviez un peu de lettres et d’esprit :

    Mais d’esprit, ô le plus lamentable des êtres

    Vous n’en eûtes jamais un atome, et de lettres

     

    Vous n’avez que les trois qui forment le mot sot…

     

    A suivre... le prochain épisode de Lunatix.

    Portez-vous bien et je vous coque la miaille mes besons


    6 commentaires
  •      - Ave Lunatix ! dit Caius Canulus en lui faisant l'accolade, j'ai de bonnes nouvelles pour toi. Le général Marcellus Pilatus, doit se rendre à Rome pour rejoindre Varus Publius Quinctilius, proconsul gouverneur d'Afrique qui doit prendre sa nouvelle affectation de légat impérial propréteur de rang consulaire à Antioche capitale de la province impériale de Syrie.

         - Varus est considéré comme un redoutable administrateur, releva Lunatix. Il excelle dans la romanisation, mais il ne fait pas dans la dentelle. Disposant de l'ius gladii (le droit de vie et de mort sur les citoyens), il n'hésite pas à crucifier les dissidents lorsqu'il réprime les révoltes qui ne comportent pourtant que peu de manifestants. Connais-tu les raisons de sa promotion pour la Syrie ?

         16 - Sur la route d'Orient- La province est proche de l'empire Parthe, la redoutable ennemie de Rome, car même si pour l'instant les glaives restent dans leur fourreaux, nous ne devons pas baisser la garde. Et puis la Décapole (Palestine) à la frontière sud est toujours instable malgré son obédience à l'empereur. Varus bénéficie aussi de l'estime et de la confiance d'Auguste. De méchantes langues colportent que c'est du à son mariage avec la noble praticienne Claudia Pulchra, une cousine du côté de la cuisse gauche de l'empereur.

         Pendant qu'ils conversaient, Lunatix, intrigué par le manège d'un adolescent questionna Caius:

         - Qui est ce jeune garçon un peu bizarre, d'allure noble tout proche de nous ? Depuis mon arrivée, c'est la troisième fois qu'il se lave les mains.

         Canulus sourit.

         - Il s'appelle Pontius Pilatus, fils de Marcellus; on le dit atteint d'un trubullus obsessus conpulsus   (trouble obsessionnel compulsif: T.O.C.) Chaque fois qu'il a une discussion et que son opinion ne prévaut pas. il se lave les mains et les frotte avec une pierre ponce. Ce qui lui vaut le sobriquet de Ponce Pilate. Agé de treize ans, il est né dans la domus de son père à proximité de notre oppidum. Il nous est confié pour parfaire son éducation et suivre l'entraînement équestre, mais je pense qu'il sera plutôt un administratif et certainement pas un soldat.

        Lunatix et Marcellus, après un voyage sans histoire qui leur permit de mieux se connaître, arrivèrent à Rome où il furent reçu dans la domus de Quinctilius par sa fenotte Claudia, une maitresse femme, la quarantaine, au port altier, richement vétue mais sans ostentation. Courtoise, elle s'exprimait avec éloquence sans affectation en soutenant le regard de ses visiteurs de ses yeux bleu azur où brillait une petite flamme qui jaugeaient immédiatement ses interlocuteurs. Elle doit être redoutable en affaires, pensa Lunatix.

        Varus qui les avait rejoint était un homme robuste agé de 45 ans. Malgré son statut d'administrateur, on devinait le général, rompu aux exercices physique et à la dureté des campagnes militaires où il s'était brillamment illustré sur les champs de bataille. Content de retrouver Marcellus qu'il avait connu en 736 (18 av J.C.) et avec lequel il avait combattu pendant les deux dernières années de la pacification de l'Hispanie, il s'adressa chaleureusement à Lunatix.

         - J'ai bien connu Munatius Plancus et ton père Fabulix. Nul doute que le fils soit à la hauteur du père. Il est bon que des correspondants érudits suivent nos légions et témoignent pour les siècles futurs de la vaillance de nos légions et des progrès que la pacification de Rome apporte aux barbares.

        Il restèrent quelques jours à Rome, le temps que les chariots emènent leurs bagages en Syrie et que Claudia les précède pour organiser leur arrivée. Ils débaroulèrent à Antioche aux ides de november 746 (le 13 novembre de l'an 8 av J.C.). Le ciel était clair et la température de 15° donnait à Lunatix le ressenti d'un début de septembre à Lugdunum. Il se familiarisa rapidement à ses nouvelles conditions de vie et l'absence de conflits, exepté quelques escarmouches internes dans les petits royaumes voisins qui du côté est (royaume d'Arménie, Osroène, Comagène) commerçaient autant avec l'empire Romain que Parthe, lui offrait le loisir de visiter les casernements et de cotoyer les populations et les coutumes de ces petits états.

    En 750, la mort d'Hérode le Grand et sa succession, provoqua quelques troubles avec le procès de son fils Antipater soupçonné de l'avoir tué. Il fut innocenté et devint tetrarque de Galilée et de Pérée sous le nom d'Hérode Antipas II, tandis qu'Archélaos dirrigea la Judée et la Samarie. La présence romaine en Décapole (du nom des dix villes principales de Palestine) dirrigé par un préfet comprenait une administration avec une légion chargée du maintien de l'ordre et de la sécurité des provinces. Lunatix couvrit ces évènement transmettant à Marcellus les écrits de ses observations. Le calme étant revenu, il se rendit en Palmyrène comme chaque année pour rejoindre pendant quelques semaines son ami Paulus Junilius.

    Cette province indépendante comprenait la ville de Palmyre édifiée par le roi Salomon. Elle était la plus grande puissance commerciale du Moyen-Orient avec un réseau marchand reliant la Syrie à la Mésopotamie et la côte Méditérrannéene. Les caravannes qui y transitaient étaient des entreprises saissonnières et annuelles. Elles s'installaient au centre de la ville sur une immense place entourée de boutiques et de lieux de restauration. Paulus, centurion de l'ordre équestre, était responsable de la gardison qui veillait à la sécurité des commerçants et des chalands. l'intensité des échanges et les mouvements financiers associés, attiraient en effet, les arnaqueurs et escrocs de tout poils.

    A suivre... 


    votre commentaire
  •     15 - Prophéties En 746, Lunatix de retour à Lugdunum, après avoir passé quelques temps auprès de sa famille et de son parrain, se présenta à l'oppidum du haut de la colline (Fourvière) non sans avoir admiré  le magnifique aqueduc du Mont d'or long de 26 km, qui de Trion serpente par Vaise, Champagne-au-Mt-d’Or, pour rejoindre sa source à Poleymieux-au-Mt-d’Or. Il passe par les Minimes et jouxte le théâtre antique (il s'agit de la première construction de cet édifice d'un diamètre de 90m, dédié aux comédies musicales, pantomimes, et autres spectacle. Il peut déjà accepter 5000 spectateurs. Avec son extension deux siècles plus tard, il offrira jusqu'à 10700 places).

        - Un deuxième aqueduc venant de l'Yzeron a été initié, ce serait bien qu'il permette la construction et alimente les thermes qui manquent à ce quartier, se dit Lunatix en se présentant au poste de garde où un officier le prit en charge et le conduisit au quartier général.

        - Ave, Tribun Caius Canulius, de retour de Rome, je venais proposer mes services pour accompagner nos généraux lors de leurs campagnes militaires et rendre compte de leurs faits d'armes, déclara Lunatix, mais il me semble que j'arrive au mauvais moment.

        15 - Prophéties - En effet, Agrippa a rejoint ses ancêtres; il fume à présent les pissenlits par la racine et chevauche dans les Champs-Elysées. Quand à Tibère il a taillé la route en Germanie pour remplacer au débotté, Drusus mort accidentellement. Il ne reste plus par chez nous que Germanicus et Claude les deux fils de Drusus, mais le premier n'a que sept ans et le matru né en 744, tête encore sa nourrice, répondit en souriant le fils du chevalier Canulius qui s'était illustré en Pannonie. Mais te caille pas le raisin, je suis chargé de te remettre le bâton qui te confère le grade équestre de décurion et te permet d'accéder à tous les casernements pour l'accompagnement de  nos officiers. La Pax Romana ne vaut que pour les provinces intérieures et les frontières nécessitent parfois quelques actions musclées ponctuelles. Reste souper avec moi et mes lieutenants. J'ai un cuistot ségusiave qui maîtrise le gratin de cardon à la moelle et sa fenotte, la matrone Brazierix n'a pas son pareil pour réussir la poularde demi-deuil, à s'en licher les cinq doigts et le pouce.

         Lunatix ne se fit pas prié et savoura effectivement une excellente chicaison avant de rentrer se glisser dans les toiles bien benaise. Le lendemain, il se rendit à l'Ile Barbe où il assista à une cérémonie de bénédiction du gui sous l'égide du druide guérisseur Potionmagix. Celui-ci avait participé à son éducation spirituelle et c'est donc tout naturellement qu'ils se retrouvèrent pour tailler le bout de gras. Après les politesses d'usage et un échange amical de leur situation, Potionmagix s'adressa à son jeune ami sur un ton plus sérieux.

         - L'expansion des armées romaines qui marque le pas, la paix relative qui règne dans les provinces et les signes qui apparaissent dans le ciel lorsque les nuits sont claires, nous donnent à penser que nous traversons une période charnière et que dans moins de dix années, nous verrons la prophétie de la Virgo Parturaé se révéler.

         Une tradition orale qui se transmet de bouche de druide à oreille de druide, affirme que la Déesse Mère, symbolisée par la  terre avant sa fécondation, mettra au monde, sous l’enveloppe d’une jeune vierge humaine, un enfant qui sera lui aussi l’incarnation du soleil, fils du Créateur de l'univers. Il devra séparer le bien du mal et apporter un message d'amour à tous les hommes. Nous devons nous tenir prêt à la recevoir et les signes nous montrerons le lieu de la naissance où lui rendre hommage. Cela se passera la nuit dans une grotte puisque la lumière ne peut provenir que des ténèbres.

         En reprenant la route vers l’oppidum, Lunatix se remémorait ce que lui avait dit sa mère Néferet:

         15 - Prophéties- Isis, la déesse vierge de qui viendra le Fils, l’incarnation du soleil, accouchera loin de toute agitation, presqu'en cachette, dans un endroit sombre seulement illuminé de la présence de l'enfant. Celui-ci devra porter sur lui toute la détresse humaine, apporter des paroles de paix et de fraternité, sa mission consistera à fédérer les religions. S'il ne réussit pas car rien n'est acquis d'avance, le monde poursuivra ses guerres d'intolérance pour des siècles. Alors, nous devons nous tenir prêt à l'accueillir et l'accompagner dans sa quête.

         De même, il se rappela les paroles d'un prêtre zoroastrien du culte de Mithra:

         - Si notre culte s'exerce, non pas dans un temple ou en plein jour, mais à l'intérieur d'une grotte naturelle, c’est parce qu’il est écrit que dans une grotte, notre Dieu unique, créateur des mondes et de l’Univers choisira une jeune femme vierge pour qu’elle mette au monde l'incarnation de son fils Mithra, le dieu solaire. La tâche de celui-ci sera de rallier les hommes dans un esprit de tolérance et de fraternité en une seule communion vers l'Unique quel que soit le nom que les hommes lui donne.

         - Toutes ses prophéties et celle de Michée pour les juifs (qu’il avait entendu lors d’un voyage à Alexandrie), se rejoignent, pensa Lunatix. C'est rien que d'y croire. Pourtant ce qui fait défaut, c’est bien  l’absence de communication entre les religions. Elles ne me semblent pas prête à partager leurs rites et se mettre d'accord sur ce qui leur est commun. Pour qu’un tel consensus existe, les religions ne devraient plus appartenir à tel ou tel peuple qui ensuite se croit l’élu. Cela suppose une formation à la spiritualité indépendante des états et des gouvernements. Un jour peut-être…  

         Perdu dans ses pensées, il entra dans l'oppidum avec pour objectif de se trouver une affectation.

    A suivre


    3 commentaires
  • Lorsque Fabulix était revenu d'Alexandrie, il était accompagné de sa fenotte, Néferet, une bien canante minette qui faisait partie des suivantes de la reine Cléopâtre. Comme elle était un joli petit lot, il se l'était encotillonnée (lui avait fait la cour). Elle avait été amarinée (conquise) et ils convolèrent en justes noces sous l'égide d'un prêtre Zoroastrien du culte de Mithra, la religion montante de l’époque.

    En ce temps-là, les Égyptiens ne connaissait pas le nom de famille et ne portaient généralement qu'un prénom lequel avait une signification un peu comme pour les indiens d'Amérique ou par exemple, Pocahontas signifiait "petite espiègle enjouée". Ainsi les prénoms qui commençaient par Néfer symbolisaient la beauté: 

    Néfertiti - la belle qui est venue ; Néfertounénes - la belle existe ; Néferménedj - celle à la belle poitrine. Quant à Néferet, le vocable signifiait tout simplement : la belle.

    De leur union était né en l’an 721 (33 av J.C.), un petit boson qu'avait l'air bien dégourdi, radieux comme un soleil avec des quinquets qui reflétaient la douceur d’un clair de lune. Cette ambivalence rappela à Fabulix, Belisama déesse de la lune et compagne de Bélénos dieu solaire. Néferet songeait de son côté à Thot dieu lunaire qui protégea la déesse Isis pendant sa grossesse. Ils décidèrent de  trouver un prénom au petit belin, qui rappelle l'astre de la nuit et c'est ainsi qu'ils l’appelèrent Lunatix, (celui qui sourit à la lune). 

    Au cours de son enfance, Lunatix passait souvent de courts séjours chez son « hospes » Claudius Tartempio, l’ami de Fabulix qui possédait des terres à Brigendos (Brindas). Les Ségusiaves pratiquaient l’hospitium romain qui s’apparente en quelque sorte à un parrainage. C’était un contrat informel qui engageait l’hospes à adopter son « filleul » en cas de décès du ou des parents de l’enfant. 

    14 - Lunatix14 - LunatixCet acte ponctué par un banquet avait rapproché les deux familles et Magdelo et Néferet, les deux fenottes se partageaient l’éducation de Lunatix. Elles étaient toutes deux érudites, sachant lire et écrire le grec, le latin ; Magdelo maîtrisait le ségusiave et Néferet les hiéroglyphes. Néferet avait aussi été initiée aux mystères du nombre d’Or d’Euclide d’Alexandrie et de l’œil d’Horus dont les six parties symbolisaient les fractions de ½ à 1/64 et les six sens : le toucher, le goût, l’ouïe, la vue, l’odorat, et… la pensée. Autant dire que tout ceci permis à Lunatix qui n’était ni bras-cassé, ni ébravagé de devenir adolescent, un gone bien artet et démenet, avec une tête bien faite qui ne soit pas seulement bien pleine.

    De leur côté, Fabulix et Tartempio, lui apprirent : le premier l’art du discours et de la diplomatie et le second ancien légionnaire élevé au grade de décurion dans l’ordre équestre, les techniques de combat et de la monte à cheval.

    En 741, pour parfaire son éducation, son père lui proposa de rejoindre Mécène à Rome, l’ami d’Auguste et de Plancus, qui avait participé aux campagnes de Modène, de Philippes et de Pérouse avant de devenir protecteur des arts et lettres et administrateur de la Capitale. Ainsi, sous l’égide de son mentor, il côtoya notamment Horace, Ovide et Virgile.

       14 - Lunatix  - Le sénat vient de décréter la construction de l’Ara Pacis Augusta, déclara Mécène un soir, au cours du souper qu’il donnait en l’honneur de ses amis. Il doit symboliser la paix et la prospérité de notre empire.

         - Et un peu la gloire de l’empereur, dit en souriant Virgile.

         - Ne soyons pas caustique, il est de retour à Rome après trois ans d’absence pendant laquelle il a tout de même réorganisé les provinces du sud de la Gaule narbonnaise et mené des opérations de pacification en Hispanie, souligna Horace.

         - J'ai appris ce matin, que la constitutio (l’inauguration du début des travaux) aura lieu le 4 juillet prochain, c'est à dire dans une semaine, dans la zone septentrionale du Champs de mars  sur la via Flaminia, précisa Ovide.

         - Allons mes amis buvons à cet Autel de la Paix, dit Mécène. Un monument à la gloire de la Paix mérite qu’on s’y intéresse !

    Et tous levèrent leur coupe et burent « à la paix ! ». Ils se rendirent à la constitutio du 4 juillet 741 où l’empereur prononça un discours ovationné par la foule, les prétoriens et les sénateurs lorsqu’il termina son patrigot en décrétant :

         -  Le 4 juillet sera la fête de la paix et les magistrats, les prêtres et les vierges vestales procéderont à un sacrifice anniversaire. 

    L’Ara Pacis Augusta fut édifié entre 741 et 745 (9 av J.C.). Les noms des artistes qui ont participé à l'élaboration du bâtiment et des décors ne sont pas connus, mais le style artistique laisse penser à des artistes venus de l'Orient hellénistique. Lunatix, du fait de sa connaissance du nombre d’Or contribua avec les architectes à l’harmonie des formes et des dimensions du temple.

     La dedicato (cérémonie de consécration solennelle aux dieux et début du fonctionnement de l’édifice) se déroula le 30 janvier 745, jour de l’anniversaire de Livie, épouse de l’empereur ce qui souligne sans conteste, l’aspect dynastique du monument.

    Lunatix fréquentait de nombreux officiers de l'ordre équestre et était parfois convié à suivre leur entraînement. Tartempio, l'avait bien formé et les vétérans appréciaient sa dextérité comme cavalier et dans les affrontements simulés au glaive. Pendant les pauses, il s'était lié d'amitié avec Paulus Junilius dont le père avait combattu au côté des cavaliers sarmates pendant la guerre des Gaules et s'était retiré en Syrie.

         - Nous ne sommes plus en guerre avec l'Empire Parthe, lui dit-il. Je vais être caserné près des terres offertes à mon Père  du côté de Palmyre. Je serai honoré de t'y recevoir si tu as l'occasion de te rendre dans cette province.

         - Pourquoi pas! répondit Lunatix, je retourne à Lugdunum recevoir ma charge de correspondant auprès des légions comme le faisait mon Père, le destin nous permettra certainement de nous revoir.

    A suivre ...


    4 commentaires
  • Misère de bon sang de bois, une poutrone que venait juste d'avoir ses trente et un ans quand elle a dépoté son géranium en se faisant piquer par un aspic. Cléopâtre aurait mieux fait de venir en villégiature à Lugdunum. Je connais un traiteur qui mitonne des aspics au jambon, un délice.

    R13 - Trion - Voies romainesien à voir avec cette saleté de vipère vénimeuse.

    Et puis moi ça risque pas de m'arriver car la seule fois où je me suis trouvé nez-à-museau avec un serpent siffleur, il a pas eu le temps de réciter ses grâces que j'ai saisi une bêche et je l'ai coupé en rondelle puis, pour faire bonne mesure, j'ai versé dessus une bonne giclée d'essence avant d'y mettre le feu. Il ne restait plus du reptile, qu'une merguez grillée. Faut dire, je crois, que j'ai un peu peur des serpents alors comme les Volfoni des tontons flingueurs, quand j'ai les chocottes, je massacre, je ventile et je disperse façon puzzle.

    Avec la mort de Cléopâtre qui fut la dernière reine et aussi pharaonne, l'Egypte devint une province romaine. A quelque chose malheur est bon, lassé de toutes ces guerres fratricides, et après cette dernière tragédie, l'an 725 marqua le début de la Pax Romana avec le Triomphe à Rome d'Octave qui, deux ans plus tard, le 16 janvier, sur l'initiative de Munatius Plancus, devint Auguste et empereur en instaurant le Principat*.

    Cette même année Lugdunum devint capitale de la Gallia lugdunensis (Gaule lyonnaise). Comme quoi, la reconnaissance des Grands reste toujours possible. D'autant que Fabulix qui était retourné en Gaule, n'oubliait jamais d'envoyer à son ami par colissimus (envoi rapide à l'aide de coursiers à cheval) un assortiment de sabodets, paket d'couann, bugnn et Cokons (friandise faite à base d'une pate d'amande et d'un praliné ou concassé de noisette mélangé à du sucre de betterave trempé dans un marc de raisin; cette recette évoluera au fil du temps, mais rares sont les personnes qui en connaîssent l'origine. Mes belins, belines, je ne saurais trop vous conseiller d'essayer cette formule: c'est à s'en lécher les cinq doigts et le pouce).

    La nouvelle cité commençait à avoir fière allure depuis sa création il y a seize ans, d'autant qu'elle bénificiait des faveurs d'Auguste qui y installa son gendre Agrippa, son beau-fils Tibère, le frère de celui-ci, Drussus et le fils de ce dernier Germanicus. Faut dire que la gastronomie n'était pas le seul atout de la ville qui était située à un endroit stratégique et économique d'où partirent les quatres grandes voies romaines:

    13 - Trion - Voies romaines

    la Narbonnaise (Narbonne et Massilia), l'Aquitaine (vers les pays des Santons), l'Océane (par le pays des Bellovaques et des Ambiens) et la Rhénane. L'épicentre se situait à la hauteur de la place de Trion, en haut de la montée de Choulans qui serpente en grimpant à main droite de la sortie sud du tunnel de Fourvière.

    Quelques chipoteurs et marques-mal vous dirons:

         - Pourquoi cette place s'appelle Trion de trivium "les trois routes" vusse qu'il y en a quatre?

    Ce à quoi je rebrique:

         - Bougue de caquenano, niguedandouille, artoupan toujours là à faire reproches! S'il y a trois routes, c'est à cause que les voies océanes et rhénanes commencent à Trion et se séparent à la hauteur de Vaise quand à la petite route qui rejoint la voie d'italie qui vient de Rome ou qui s'en retourne, elle compte pour du beurre!

    13 - Trion - Voies romaines

    Outre le fait que le général Agrippa gendre d'Auguste ait promulgué Lugdunum capitale des Gaules, il lança la construction du premier des quatres aqueducs qui alimenteront la ville en eau. Ce premier ouvrage long de 26 km, 10 à vol d'oiseau, partira de la Fontaine du Thou à Poleymieux-au-Mt-D'or pour atteindre le quartier des Minimes où subsiste encore les vestiges des thermes qui jouxtent le Théatre Antique. Il faudra attendre l'an 734, (20 avant J.C.) pour que l'ouvrage soit terminé et opérationnel.

    Pour les ceusses qui voudraient en savoir plus sur les aqueducs romains de Lyon, je conseille ce petit ouvrage, pas cher, très bien documenté avec de belles images et qui fera pas de tort à vos pécuniaux. En plus il est rédigé par le mami Jean Etèvenaux, historien, un bien brâve gone qu'à fait une conférence aux amis de Lyon et de Guignol en novembre 2012 sur "Lyon au temps de Guignol".

    Glossaire:

    Principat - Sous prétexte de la sauver, le principat a le goût de la République, garde les institutions de la République, mais en fait il instaure l'Empire. 

    Santons - peuple de la Gaule celtique établi entre l'estuaire de la Gironde et le Marais Poitevin.

    Bellovaques - peuple de la Gaule Belge. Installés dans le département de l'Oise, ils donnèrent leur nom à la ville de Beauvais.

    Ambiens - Installés dans la Somme, capitale Samarobriva (Amiens), ils aidèrent Vercingétorix contre jules César.

     

    A Suivre ... 


    6 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique