• Malgré un casting impeccable reconnu aussi par les critiques négatives, Éric Besnard ne parvient pas à trouver son public et c’est dommage car ce film émouvant et sans prétention mérite un regard au-delà du premier degré où ressortent surtout les relations conflictuelles. Il traite bien de la résilience et pas seulement pour De Tonquédec, mais bien pour l’ensemble de cette famille atypique où chacun doit faire son deuil et évacuer ses rancœurs passées. L’humour parfois burlesque devance toujours le mélo ce qui peut ne pas convenir à tous.

    Je conseilleL’esprit de famille   


    votre commentaire
  • Régis Roinsard nous propose un polar à la française, qui n’a pas à rougir face à Hercule Poirot ou miss Marple. Une histoire machiavélique, une partie en huit clos pas étouffant, un casting international, une tension qui va crescendo jusqu’aux dernières minutes du dénouement final qui vaut le détour, il est dommage que les critiques professionnelles soient restées timides, car c’est un film ambitieux et intriguant que le public a apprécié dans sa grande majorité.

    Les Traducteurs   


    votre commentaire
  • Le réalisateur scénariste néo-zélandais Taika Waititi nous propose un film parodique, grinçant qui nous permet à travers le prisme du regard d’un enfant et un design coloré de supporter l’intolérable de cette période terrible que fut la seconde guerre mondiale. Il nous montre clairement les procédés de manipulation et l’inhumanité des nazis qui sont allés jusqu’au sacrifice de leur jeunes enfants. Un casting irréprochable et un film porté en partie sur les frêles épaules d’un gamin de 12 ans et son copain. Le parallèle avec notre époque qui voit la montée des extrémismes et des populismes est flagrant. La manipulation ne touche pas que les cerveaux enfantins.

    Ȧ méditerJojo Rabbit   


    votre commentaire
  • Avec une colonne Morris à Paris distributrice de bonbons et rigolote et cette mise en scène  à Cannes, d’un festival d’une journée pour l’avant-première du film Birds of Prey et la fantabuleuse histoire d’Harley Quinn, Margot Robbie a offert à ses fans un feu d’artifice de bonheurs, original et aussi déjanté que l’héroïne badasse qu’ils ont aimée dans Suicide Squad de 2016 ; j’avais alors personnellement été scotché à mon fauteuil par l’interprétation hors normes de cette talentueuse actrice, qui nous a montré récemment dans Scandale, qu’elle pouvait aussi être fragile et manipulée.

    Voir : Harley Quinn fait son cinéma.  


    votre commentaire
  • La famille de Belle va arriver sur le devant de la scène après que le Prince, la Bête, se soit retiré dans ses appartements avec la rose placée sous cloche et que le château disparaisse de la vue des promeneurs qui viendraient dans le coinstot. La famille de notre héroïne, fortunée, vit en bord de mer dans un hôtel particulier. Voici donc le père un riche marchand, veuf, et ses trois garçons bien sérieux. Belle est sage alors que ses deux sœurs, de vraies punaises sont évaporées et teigneuses. Mais le destin veille…

    VoirLa famille de Belle   


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique