• Deuxième épisode - 21 décembre 2019 

    Poursuivons notre quête sur l’humour caustique mais non dénué de vérité de Pierre Desproges. - l’hypocrisie verbale - J’accuse – Et pourtant ils se détestent !
    Cyclopède : La Vénus de Milo fâchée avec le Petit Prince de Saint-Exupéry.

    Desproges (suite)  


    votre commentaire
  • Tristan Séguéla nous offre une petite perle de noël avec ce film de fiction qui est avant tout un hommage aux médecins de nuit et aux emplois précaires lié à l’ubérisation de la société.
    Michel Blanc hypocondriaque, dit avoir exorcisé ses peurs du médecin avec ce scénario gentiment ubuesque et même un spectateur médecin plébiscite le film indiquant qu’il peut éveiller des vocations en montrant un savoir médical humain, capable de faire des petits miracles.
    Je recommande d’autant plus que j’ai hésité, craignant à tort de voir un pastiche avec du ridicule.

    Voir : Docteur ?  


    votre commentaire
  • Il était un de mes maîtres à penser, j'ai de nombreux livres, DVD, CD sur ses pensées, ses passages sur scène où à la radio comme le Tribunal des Flagrants Délires… Après Pierre Dac, je vous offre le premier article sur les meilleures réparties, souvent iconoclastes de celui qui est allé jusqu'à se moquer de la mort quand il se savait condamné. Un des meilleurs défenseurs de la langue française au vocabulaire incroyable. Un parler vrai sans tabou ni politiquement correct.

    Premier article - Desproges décembre 2019  


    votre commentaire
  • Les envoutés de Pascal Bonitzer est un film d’auteur qui peut donc plaire ou déplaire. Tous les avis, positifs ou négatifs reconnaissent la qualité du duo formé par Sara Giraudeau et Nicolas Duvauchelle, tous deux excellents avec enfin un premier rôle pour l’actrice. Dommage que le scénario soit déroutant parce qu’hybride entre drame sentimental et paranormal. Ȧ voir pour le jeu des acteurs, surtout Sara Giraudeau impeccable, et l’image magnifique des Pyrénées. Ensuite à chacun de se faire son opinion.  

    Les envoutés   


    votre commentaire
  • Seules les bêtes est sans doute le film de cette fin d’année, le plus surprenant et le plus abouti sur le plan scénaristique qui confirme le talent de Dominik Moll (Harry un ami qui vous veut du bien) réalisateur et coscénariste. Tout est parfait, l’histoire, les images, la bande son, et un casting de rêve avec des acteurs confirmés et des nouveaux parfaits. Vous allez être baladé, au propre comme au figuré, surpris, intrigué, séduit de la première à la dernière seconde, où le hasard n’a pas de limites. Une superbe fiction. Voir

    Seules les bêtes    


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique