• Après Le Dindon qui n’avait pas trouvé son public (j’étais aussi un peu déçu), Dany Boon revient dans cette parodie de film d’espionnage qui se révèle intéressante avec une histoire originale non dénuée d’émotion, même si elle est un tantinet surréaliste et exagérée.
    Un duo avec Philippe Katherine qui tient la route sans qu’il soit besoin de chercher des comparaisons avec d’autres films. Chaque film est différent avec sa personnalité. Nous sommes bien dans la vocation du cinéma de divertissement. Nous faire oublier la grisaille du quotidien. Ce film rempli cet objectif et ne le boudons pas en jouant les intellos.  

    Le Lion  


    votre commentaire
  • Invité par le Rotary club section de Bron ‘’69500’’ pour l’action caritative L’Espoir en Tête sur la recherche des affections du cerveau, (Alzheimer, parkinson, autisme, syndrome d’asperger) à l’avant-première du film le Prince oublié au cinéma Les Alizés de Bron, je ne m’attendais pas à ce que ce soit pour mes qualités « humaines » en adéquation avec celle de cette association internationale, puisque l’invitation spécifiait en votre qualité de critique cinéma !!!!

    J’ai compris en discutant avec la présidente que c’était juste pour me faire plaisir sans aucune contrepartie. Voici donc et c’est la moindre des choses pour remercier, ma critique du film et un petit préambule sur le Rotary et la FCR en charge de la recherche médicale. 

    Le Prince oublié   


    votre commentaire
  • Fidèle de l’Institut Lumière (dont je fais découvrir le musée à mes proches et amis), de la Salle du Hangar du premier film et des cinés Lumière de Lyon, peu chers et confortables, également accrédité aux festivals, je reçois bien évidemment les infos de l’Institut, souvent mises en forme par mon gendre qui va parfois leur donner la main en qualité d’infographiste.
    J’ai donc eu le plaisir de découvrir le communiqué de presse sur le très bon bilan de 2019, que j’ai modélisé pour qu’il soit lu par les amoureux du cinématographe. Je vous laisse le soin d’en découvrir la teneur.

    Lumière bilan 2019.   

     


    votre commentaire
  • Tout baignait dans l’huile pour la famille de Belle, sauf les bateaux du père qui ne naviguaient pas dans une mer d’huile mais coulèrent suite à une tempête, ruinant la famille qui s’expatria à la cambrousse.
    Le destin capricieux apporta toutefois une bonne nouvelle, un bateau avait survécu à la tempête.
    C’est ici que le père, avant de partir récupérer sa camelote, demanda à ses enfants ce qu’ils aimeraient comme cadeau…

    Un naufrage avant l'éclaircie.  


    votre commentaire
  • Où Desproges, s’en prend à deux des animaux prédateurs de nos campagnes héros d’une fable de La Fontaine, qui, selon son analyse, dénigre nos fromages français.
    La plus célèbre que l’école publique met en avant dans les classes primaires : Le corbeau et le renard.
    Une fois de plus, notre humoriste le plus incorrect politiquement, mais à l’écriture la plus raffinée de la langue française, nous époustoufle par son talent de l’absurde et son petit sourire moqueur qui signifiait Je vous ai bien eu, étonnant non !

    Une fable subversive ?    


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique