• Arnaud Viard nous offre un film original sur une famille constitué de personnalités différentes et atypiques qui sont toutefois unis par un amour fraternel et maternel qui influe et influera sur leurs destinées. Tout se passe sans être larmoyant avec beaucoup de pudeur. Il est difficile de ne pas se retrouver dans l’un au moins des personnages de ce patchwork familial. Un film à voir si l’on n’est pas rétif à Anna Gavalda l’auteure des nouvelles :

     Je voudrais que quelqu’un m’attende quelque part   


    votre commentaire
  • Scandale de Jay Roach nous relate à partir d’un fait réel, le tout début de la difficile libération de la parole des victimes de harcèlement et de chantage sexuels. Une histoire sans pathos, ni féminisme exacerbé qui montre le courage de celles qui les premières ont tout risqué, carrière, famille, réputation salie, pour briser la loi du silence et les pressions dont elles furent l’objet, sans compter les moqueries machistes. Un film porté par un trio de brillantes actrices et un méchant parfait.

    Scandale  


    votre commentaire
  • Nous avons un film franco-roumain qui est classé art et essai et de ce fait peu distribué dans les salles. C’est vraiment dommage car il est original, avec du suspense, un brin d’humour et de charme.

    Nous évoluons dans la Roumanie post-soviétique de façon caustique avec une paranoïa sur les écoutes et de la corruption. Ce langage sifflé qui remplace l’argot des voyous est bien sympathique et les retournements de situations sont légions. J’espère, si vous ne pouvez le voir au cinéma, qu’il sortira en Dvd ou sera disponible en film à la demande sur les chaînes de télé car il mérite d’être vu. 

    Les Siffleurs    


    votre commentaire
  • Disons-le tout de suite, il faut une sacré dose d’autodérision et d’humour pour que ce film soit apprécié des accros des réseaux et smartphones et pour les autres, ils trouveront cette suite de cinq sketchs (avec comme fil rouge le premier), soit ridicules, soit jubilatoires. Paradoxe : les cinq sketchs ont été conçus à la réalisation par cinq hommes et pour les scénarios par une seule scénariste sur les cinq. Amusant car si les accros du numérique sont majoritairement masculins, même dans les critiques négatives, le talent de Blanche Gardin et celui d’Elsa Zylberstein sont soulignés. Pour moi tous les acteurs, même secondaires tiennent la route.

    Oui, mais bon ! On aime ou on déteste. Selfie  


    votre commentaire
  • Cette deuxième fable de La Fontaine connait une foultitude de versions avec des morales différentes. Surtout dans les parlers régionaux comme le Francoprovençal et les versions argotiques. Paradoxalement, les versions d’Esope, Phèdre et La Fontaine sont presque du copier-coller. La petite différence est qu’Esope parlait d’un morceau de viande remplacé par du fromage dans les fables de Phèdre et de La Fontaine.

    Voir les trois versionsLe Corbeau et le Renard    


    votre commentaire