• Ce film est bien sûr une performance d’acteur salué par tous, mais c’est également un message que devraient écouter notre société et tous ses acteurs car les mécanismes de déclanchement de la violence urbaine sont presque réalistes. Saluons au passage, les psychothérapeutes qui très certainement nous évitent des « Joker », même s’ils ne peuvent tout juguler. Rappelons aussi que la folie ou la différence, n’est pas systématiquement synonyme de violence.

    Ce long métrage est impressionnant, intelligent et excellent, il ne juge pas.

    VoirJoker


    votre commentaire
  • Lors du Festival Lumière 2019, Thomas Baurez, cinéphile, rédacteur à Première, s’est remémoré l’entretien qu’il avait eu au Festival Lumière 2015 avec le réalisateur de Rambo, venu pour présenter la restauration de son film de 1971 "Wake in Fright" qui avait impressionné Scorcèse au Festival de Cannes de 1971. Ce film était comme un prélude au Rambo de 1981. 

    Voici le billet de ce souvenir écrit par Baurez pour le journal du Festival et une petite surprise que je vous ai rajouté !  

    Entretien avec… Ted Rambo


    votre commentaire
  • Pour cette onzième édition, le dixième anniversaire du Festival Lumière de Lyon crée en 2009, nous avons pendant neuf jours du 12 au 20 octobre, savouré pleinement le cinéma. Un festival conçu pour le partage d’une grande humanité, joyeuseté et humilité entre les professionnels du cinéma et nous les spectateurs, amoureux du Septième Art.  

    Merci à l'Institut Lumière de Lyon et à messieurs Bertrand Tavernier et Thierry Frémaux.

    Voir l'article du journal du FestivalFrancis Ford Coppola


    votre commentaire
  • Nous avons bien ici un film d’auteur qui peut ne pas convenir à tout le monde. C’est un film étonnant et intelligent qui sous couvert d’être un vaudeville, se révèle être une réflexion sur le temps qui passe, l’usure des sentiments face au quotidien. Un scénario inventif et original et surtout une interprétation fantastique des comédiens qui se sont tous investis à fond et pas seulement les quatre acteurs principaux qui portent ce film. Ne vous focalisez pas sur la bande annonce.

    Voir mon opinion Chambre 212


    votre commentaire
  • Marina Vlady, merveilleuse actrice, une aventurière dans la vie comme au cinéma. Elle a choisi les films qui sont présentés pendant le Festival à Lyon et mon coup de cœur va vers celui qui m'avait touché par son côté social et provocateur voir iconoclaste.
    C'était Que la fête commence de Bernard Paul avec Bertrand Tavernier qui était l'attaché de presse de Bernard Paul et il y avait une pléiade d'acteurs formidables comme Philippe Noiret, Jean Rochefort ou Jean Pierre Marielle 

    Nous étions en 1968. voir l'article Marina Vlady


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires