• Ce film, nous montre l’histoire captivante d’un héros fragile qui va se dépasser, malgré ses tourments personnels, pour devenir le premier homme à mettre le pied sur notre satellite.

    Un film aussi humain qu’impressionnant qui nous fait vivre à la fin, l’alunissage et ce « premier pas pour l’homme ». Bouleversant, majestueux !

    Voir l’article – First Man


    votre commentaire
  • Avec « En Liberté » Pierre Salvadori nous propose un film aussi surréaliste qu’absurde et déjanté empreint aussi de tendresse et de poésie. Un film reconnu par la critique et contrasté par les spectateurs.
    C’est ça le cinéma, mélange de réalisme, de surnaturel, de drôlerie et de surprise.On aime ou on n’aime pas ; l’important c’est que le cinéma soit comme le voulaient les frères Lumières une rêverie, un appel à nos fantasmes les plus débridés, vivre un moment hors du réel et du temps.

    Voir mon opinion sur – En Liberté


    votre commentaire
  • Surtout, ne comparez pas ce film avec « les délices de Tokyo ».

    « La saveur des ramen » est un film du réalisateur Erik Khoo, singapourien, qui excite autant les papilles qu’il touche le cœur.

    Mais il parle ici de la difficulté des relations entre Singapour et le Japon et à travers les cultures culinaires superbement montrées de chacun des deux états, il tente de montrer que la cuisine traditionnelle peut être un facteur de réconciliation.

    Laissez-vous emporter par la beauté des images, la délicatesse et la justesse des acteurs et cette histoire sous fond de romance sans intellectualiser l’histoire (un sentiment bien français).

    Lire mon opinion – La saveur des ramen


    votre commentaire
  • Gilles Lellouche, avec un casting 5 étoiles, nous offre un film plus émouvant que drôle, mais avec des dialogues ciselés et de belles scènes qui évitent judicieusement le pathos.

    Une comédie intelligente, réjouissante et humaine, superbement réalisée avec des acteurs et actrices motivés, complices solidaires.

    On quitte la salle optimiste et avec un vrai sourire. À savourer sans modération.

    Voir l’article – Le Grand Bain


    votre commentaire
  • Lorsque King Hu en 1966 réalise son film il choisit Cheng Pei-Pei, une éblouissante danseuse de 19 ans. La mise en scène est élégante, les combats sont chorégraphiés comme des ballets avec une mise en place lente où les adversaires se jaugent avant un déferlement de violence.

    Ce film sera une source d'inspiration pour des cinéastes comme Tsui Hark, Ang Lee ou Quentin Tarentino.

    Voir l’article et la bande annonce – L’hirondelle d’or


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires