• Ne cherchons pas à comparer les films sur la Grande guerre. Ȧ l’Ouest rien de nouveau, Les Croix de bois, Capitaine Conan, La grande illusion… tous méritent des éloges, tous sont différents.
    Sam Mendes nous propose sa version, avec sans doute quelques maladresses pour les pointilleux, mais cette histoire qui semble n’être qu’un plan-séquence est magnifiquement réalisé par un scénario qui nous présente le passage de l’Arrière, aux tranchées, au front, les lignes anglaises et les lignes allemandes, l’absurdité de la guerre et surtout, l’inéluctabilité de parvenir à une « paix des braves ».
    Le début et la fin se rejoignent…au pied d’un arbre !
    Une histoire réaliste et des acteurs épatants.

    Voir vraiment en VOST si vous le pouvez – 1917    


    votre commentaire
  • Pierre Desproges détestait la bêtise humaine qu’il fustigeait dans ses pensées, maximes, aphorismes, certaines étaient assez prémonitoires de notre marasme actuel. Il se moquait aussi des morales classiques des fables comme ici où, alors qu’il était considéré comme misogyne, il prouve son amour respectueux de la femme capable d’être plus libertine que le macho de base.

    Mais voirfable érotico-cocorico.   


    votre commentaire
  • Quel plaisir de voir avec, Une belle équipe de Mohamed Hamidi, un féminisme dénué d’agressivité, qui se montre débordant d’énergie avec des actrices magnifiques, charismatiques et qui forment une vraie équipe, soudée et complices. Les Hommes, sont tout aussi investis, menés par un Kad Merad sobre et un Alban Ivanov génial de naïveté et de maladresse. Une belle histoire qui met en valeur le dynamisme des petits clubs de nos villages.  

    Une belle équipe   


    votre commentaire
  • Nous avons ici une adaptation magnifique de l’ouvrage Quatre filles du docteur March de Louisa May Alcott, qui est originale et servie par un casting d’exception, Qu’il s’agisse des femmes ou des hommes, leur relation est dans l’histoire, empreinte de respect, d’amour, de tolérance et qu’est-ce que ça fait du bien de nous échapper de notre quotidien tristounet et violent ou l’individualisme l’emporte sur la solidarité et le respect. De la musique au scénario, aux plans séquences et au jeu des actrices/acteurs, tout est parfaitement maitrisé. Critiques et spectateurs confirment la qualité de cette fiction d’époque et en costumes.

    Ȧ savourer sans modérationLes filles du docteur March   


    votre commentaire
  • Jeanne-Marie Leprince de Beaumont, enseignante puis gouvernante de jeunes filles aristocratiques, créait des ouvrages pédagogiques et aussi quelques contes pour offrir un petit cadeau à celles qui avaient bien travaillé. La Belle et la Bête fut le conte le plus célèbre que Jean Cocteau avait magnifiquement mis en scène. 

    J’ai repris le scénario de l’auteure, madame Leprince de Beaumont, en respectant la trame et en l’actualisant dans le parler d’Audiard.  

    Voici le premier épisode – Un prince pas charmant   


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires