• Santiago - Un premier entretien expéditif !

    DERNIÈRE MINUTE n° 42 – Où le premier entretien s’avère de ‘’haute volée’’

    De Santiago du Chili :

    L’entretien privé entre le président de la République française et le pharmacien Lopez a eu lieu, comme prévu, hier à l’Élysée. À 15 heures précises, M. Francisco Lopez est entré dans le cabinet présidentiel. Il en est ressorti à 15h 04 minutes en vol plané, pour aller atterrir, à bonne distance, dans les jardins, au milieu d’un buisson d’aubépines du Népal.

    - Oh ! Oh ! a alors murmuré le chef des huissiers, les Chiliens volent pas ce soir.

    - Oui, c’est signe de verglas, a ajouté son subordonné préféré.

    Quant à M. Francisco Lopez, le visage largement épanoui,
    il a déclaré aux journalistes venant de suivre la scène :
    « 
    Le geste apparemment inamical du président de la République française est, au contraire, pour moi, hautement honorifique.  Le chef de l’État qui connaît admirablement les coutumes ancestrales de mon pays, a tenu à me recevoir en pratiquant, en mon honneur, le salut rituel des incas, sous la domination desquels le Chili se trouvait avant la conquête espagnole. Lorsqu’ils voulaient manifester leur amitié à des étrangers, ils les expédiaient d’un formidable coup de pied dans les fesses, le plus loin possible. Or, d’après mes calculs, votre président de la République m’a fait effectuer un saut de 65.72 mètres, alors que le grand roi Atabalippa*, un colosse régnant en 1531, n’a jamais pu envoyer à plus de 49 mètres les étrangers qu’il souhait honorer. C’est dire en quelle estime me tient monsieur le président de la République française. Il m’a d’ailleurs fixé un nouveau rendez-vous, à la française cette fois-ci, pour mardi 11h 45. »

    À l’issue de cette déclaration, M. Francisco Lopez s’en est allé rejoindre sa jeune épouse qui, en l’attendant, faisait une partie de craps à 3 escudos le point avec le chef bagagiste de l’hôtel Matignon (4 étoiles) où le couple pharmaceutique occupe l’appartement 421.

    À suivre...

    * 1497-1533 : Atahualpa, ou Atabalippa (prononciation espagnole), ou Atawallpa (en Quechua), est le dernier empereur de l'Empire inca indépendant, une région dont les principales villes sont à l'époque Quito et Tomebamba. Il s'empara du trône impérial de Cuzco après sa victoire lors de la guerre fratricide qui l'opposa à son demi-frère Huascar pour le pouvoir après la mort de leur père Huayna Capac. Sa victoire coïncida toutefois avec l'arrivée au Pérou des conquistadors espagnols.


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :