• Épisode 10 – La première attaque

    On dit que la jeunesse ne croît plus à rien. Quelle tristesse...
    Et si un jour le Père Noël ne croyait plus aux enfants !

    Pierre Doris

    Où la coquetterie peut se révéler mortelle.

    - Bonjour Poupée ! T’es un vrai prix de Diane, pas une radasse. Mais, que regardes-tu par-dessus mon épaule ?           

    - Je ne vois pas tes assistants, le caméraman, le perchman, les maquilleuses, le chauffeur de salle… tu es venue seule ?  

    La Reine travestie éclate de rire.

    - Je vois à quoi tu penses, ma Belle, mais il y a gourance ; la téloche ça eût payé, mais ça paye plus. J’ai été « remerciée » et pour faire ma pelote, on me proposait de présenter les résultats du loto, mais j’ai laissé le job à ma copine Valérie Payet qui, de son côté s’est faite larguée de Canal. Pendant quelque temps, j’ai été représentante en « sacavomi », pour les compagnies aériennes, les personnes qui ont le mal des transports, les femmes enceintes,… mais j’ai dû arrêter car les démonstrations me coupaient l’appétit et je frisais l’anorexie. Je me suis ensuite dirigée vers la vente des urnes funéraires personnalisables. Un gros fumeur en a commandé une qui imitait un paquet de gauloises et à la place de la mention « fumer tue !», il a fait indiquer « trop tard ! ». Ça marchait bien, mais il fallait toujours avoir l’air constipé alors j’ai plongé dans la grosse déprime.

    Lorsque j’ai essayé d’assurer, en qualité de conseillère, les réunions de promotion d’articles ménagers en plastique biodégradable, j’en ai eu vite ma claque de me taper du thé et des gâteaux rances servis par des mémères à triple menton ; je prenais la bouée autour de la brioche et cette fois, je devenais boulimique.

    Heureusement la roue tourne comme disent les voyantes et les patrons de loteries pendant les vogues, et c’est alors qu’au salon du charme et de l’érotisme, j’ai rencontré la patronne de la ligne de lingerie coquine de chez "Dessous Chéri" et depuis, je m’éclate. J’ai justement une exclusivité qui devrait te mouler comme un gant, si je peux me permettre cette expression, ma mignonne. Elle sort de son sac Hermès l’article tendance dernier cri « Guêpière désir », avec nuisette assortie.

    - Je te montre l’ensemble rouge, mais il existe aussi en noir ou en violet cardinal qui se vend beaucoup chez les grenouilles de bénitiers qui résident dans la principauté du Vatican.   
    Épisode 10 – La première attaque- La couleur me convient, dit la princesse, et je suis tentée, mais n’est-ce pas un peu osé et ne vais-je pas passer pour une poutrône ? 
    - Que nenni ! J’ai pour clientes les reines, les princesses et les dames de cour et je suis certaine que ton prince charmant approuverait ton choix. - Je n’en ai point, soupire Blanche Neige.
    - Emballe-moi la chose, je vais chercher mon larfeuille dans mon
    sac Vuitton pour te cigler l'achat. 
    - Attatends ! Jabille la Reine, il me semble nécessaire de vérifier que l’ensemble est à la bonne taille et qu’il n’est nul besoin de retouches. Tu aligneras l’oseille plus tard. Quitte seulement ton corsage que je procède à l’essayage.   

    Blanche-neige s’exécute et aussi sec, la mauvaise lui cloque la guêpière qu’elle boucle soigneusement avant d’initier le maléfice. Inexorablement, le vêtement se resserre comprimant le buste et la poitrine de Blanche-neige qui s’interloque. Comme elle ne  parvient plus à prendre sa respiration, elle s’abouse en suffocant. Laissant la pauvrette pré-agoniser sur le carreau, la Reine reprend sa forme originelle, ricane et déclare :      

    - C’est bien fait pour ta fraise, y n’fallait pas me foutre en pétard, fulmine-t-elle... Je dépense des fortunes pour rester top model et tu me casses la baraque. Bon d’accord, c’n’est pas mon fric mais j’ai dû instaurer une TVA (taxe pour la vieille ajoutée) de 3% sur les médocs non remboursés par la sécu ce qui accroît mon impopularité. C’est vrai que je m’en fiche aussi comme de ma première couche-culotte, il n’empêche que tu me files les abeilles. La fermeture de la guêpière est radio commandée et j’ai réglé sur vitesse très lente. J’aurais bien aimé assister à ton agonie car tu vas filer de l’huile pendant au moins deux plombes, mais les affaires m’attendent. J’ai rencard avec le roi Catodik pour remplacer mon miroir-écran plat ; son fils n’est toujours pas retrouvé alors il fait le commercial à sa place. Je te laisse la télécommande qui émet un ricanement toutes les quinze broquilles avant de déclencher un nouveau resserrement, ça te distraira... Je me casse !       

    Pendant la causerie entre la Reine et sa belle-fille, un incident s’est produit dans la mine où les nains travaillent. Dandy s'est aligné le tarin à cause de l'effet rebond d’un coup de pioche qu'il avait asséné un peu vivement, sur la paroi de la mine de diamants qu’ils exploitent.

    Je précise qu’ils sont les fournisseurs exclusifs des meilleurs joailliers d'Anvers et pour satisfaire la demande, ils turbinent sec en ne s'accordant que de courtes pauses. Or, un surcroit de productivité comporte parfois des effets pervers, en augmentant les risques inhérents au fait que la mine, par ses conditions de travail, s’apparente à la base à un grand chantier de l’extrême, particulièrement accidentogène. Reprenez votre souffle et ne soyez pas ébaubis, la phrase qui précède est extraite d’un rapport de la médecine du travail, écrit en 2007. Comme quoi la réalité rejoint parfois la fiction.  

    Bref, résultat des courses, Dandy est un brin amoché et son raisiné pisse gros malgré les premiers soins reçus. Cosinus décide qu'il doit rentrer à la piaule en étant, conformément aux règles de sécurité prônées sur les chantiers, accompagné de deux camarades ; ce sont Bouftou et Rêveur qui s'y collent. Il juge également, en ce début d’après-midi, que toute l’équipe s’est un max fait suer le burnous, aussi suggère-t-il de plier les cannes et de rentrer plus tôt dans leur carrée. 

    - Partez devant, nous vous suivons ! Dit-il à Bouftou       

    Celui-ci enfourche le tandem où l’attend Rêveur qui a accroché un van à l'arrière du biclou après y avoir installé le blessé à l’intérieur. Ils pédalent de conserve (comme le dit Bonduelle) et atteignent rapidement leur bicoque.       

    - Nom d'un rat ! S'exclame Bouftou, regardez ! La porte d'entrée est entrouverte !       

    - Je dirais même plus, elle est entrouverte, confirme Rêveur qui a lu Tintin.       

    Les deux rase-bitumes, armés de leurs pioches, pénètrent dans l'estanco sous le regard inquiet de Dandy resté en arrière. Ils zyeutent Blanche-Neige allongée au sol, les calots tourneboulés. Elle semble prête à partir à dame et ça sent la fin de saison. Près d’elle, un petit boitier se met à émettre un sinistre ricanement.  

    Fin de l’épisode, à suivre... 

    Blanche-Neige, va-t-elle épouser la Camarde, manger les pissenlits par la racine, souffler sa veilleuse ? Comment va-t-elle va se tirer de ce mauvais pas! 

    Réponse A - Suite à un faux contact, la radio commande provoque un tir de missile qui fait exploser le château de la reine annulant le charme qui disparaît, libérant ainsi notre gisquette. 
    Réponse B - C’est Blanche Neige qui ricane car elle avait fait un stage chez Houdini en se défaisant d'une camisole de force en moins de cinq broquilles et elle vient de se libérer elle-même du carcan qui l'oppresse. 
    Réponse C - Rêveur, accompagné de Bouftou (qui va bloquer le compte à rebours fatal), possède son diplôme de secouriste et il sauve  la princesse. 
    Réponse D -  Malgré tous leurs efforts, la minette va pousser son dernier soupir, d’autant qu’elle a compris que fabulgone, en panne d’imagination, ne parvient plus à écrire la suite du récit 

    Glossaire :

    Prix de Diane : jolie et fraîche jeune fille genre miss France. 
    Radasse : femme de mauvaise vie qu’à des heures de vols et n'est plus très fraîche. 
    Faire sa pelote c’est gagner correctement sa vie pour mettre de l’argent de côté et une bonne pelote peut amener la fortune. 
    Avoir sa claque : se lasser, en avoir assez, ras-le-bol... 
    Cigler c’est payer comptant en argent liquide. Idem pour aligner l’oseille.
    Cloquer : mettre quelque chose à quelqu’un sans ménagement, rapidement. 
    S’abouser : en parler lyonnais se dit de quelqu’un qui tombe mollement par terre, métaphoriquement et parlant par respect, comme une bouse de vache. Le lyonnais, toujours soucieux de ne pas choquer son entourage, précède une formulation scabreuse ou scatologique de « parlant par respect ». 
    Filer ou avoir les abeilles : être énervé, expression très prisée des méridionaux : amis du midi bonjour ! 
    Filer de l’huile : mourir lentement, à petit feu et pas obligatoirement dans la souffrance comme ici. 
    Aligner (s) le tarin, le blair, le pif : c’est vraiment se cogner le nez à en saigner. 
    Raisiné pisse gros : nous sommes dans le cas d’un saignement de nez conséquent, le sang est associé à la couleur du jus de raisin. 


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :