• Hugo Gelin se frotte à un genre novateur en France avec cette comédie romantique sur fond de science-fiction qui fait songer à l’histoire sans fin sur la fracture espace-temps.

    C’est une belle réussite porté par un scénario impeccable et des acteurs époustouflants de naturel et de crédibilité. Les dialogues sont excellents même pour les vannes un peu basiques qui tombent au bon moment.

    Nous sommes plein d’empathie pour les acteurs principaux comme pour les seconds rôles. Un film sans violence ni vulgarité, ça fait du bien. Merci au réalisateur et au trio, François Civil, Joséphine Japy et Benjamin Lavernhe. 

    Voir – Mon Inconnue


    votre commentaire
  • Paraphrasant le slogan syndical la lutte des classes, nous sommes ici sur fond de mixité sociale dans l’école publique et laïque,  le passage d’élèves vers l’école privé. Une comédie réjouissante de Michel Leclerc et Baya Kasmi qui se moque des communautarismes et des préjugés. C’est écrit avec bienveillance et nous avons une comédie rafraîchissante et sympathique.

    Voir – La lutte des classes


    votre commentaire
  • Les fables de La Fontaine sont parfois un peu rudes, c’est pourquoi Fabulgone aime les écrire avec modernisme et truculence sans dénaturer leur contenu.

    Il n’a pour but que de vous faire sourire comme le faisaient les joyeux fabulistes d’Auvergne-Rhône-Alpes qui rivalisaient avec La Fontaine du XIXe siècle à nos jours.

     

    Je vous recommande le petit ouvrage de Jean-Baptiste Martin, édition EMCC, en édition bilingue (francoprovençal/français) : Trésor des Fables d’Auvergne-Rhône-Alpes qui dans son volume1 regroupe 69 versions de 18 fables correspondant à des titres bien connus des livres I et II de La Fontaine. C’est jubilatoire !

     

    Pour l’heure, lire – Le Chat et un Vieux Rat.


    votre commentaire
  • C’est ça l’amour est un hymne à la paternité, touchant et attachant. Les acteurs excepté Bouli Lanners, comédien belge épatant, sont tous des non-professionnels, même si certains travaillent dans le milieu du cinéma. Ils sont parfaitement bien dirigés. Les deux jeunes filles, Frida/Justine Lacroix et Niki/Sarah Henochsberg, dont c’est le premier rôle sont étonnantes de naturel. Le choix de l’angle d’approche de cette histoire, par Claire Burger, peut ne pas convenir, mais c’est ce qui rend l’histoire magique et poétique.

    Voir – C’est ça l’amour


    votre commentaire
  • Avec ce long métrage (histoire vraie) d’une approche délicate, Joel Edgerton, poursuit son combat pour la tolérance. Il nous montre, de façon impressionnante et effrayante les méthodes qui s’apparentent à une sorte d’humiliation et de torture morale des pseudos thérapies des colonies sectaires dirigées par des gourous.

    Ces lieux, où les familles, d’un rigorisme proche de l’intégrisme, placent leurs enfants gays (garçons et filles) existent encore de nos jours aux Etats-Unis.

    Très belle interprétation de tous les acteurs, excellents Lucas Hedges, Nicole Kidman, Russel Crowe ... et Joel Edgerton en gourou démoniaque.

     

    Voir – Boy Erased


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique