• Benoît Jacquot nous propose une adaptation du roman « Eve » de James Hadley Chase et je pense que le choix d’Isabelle Huppert est judicieux dans ce rôle de femme fatale, plutôt à contre-emploi.
    Oui mais bon ! Le cinéma n’est ni le théâtre, ni l’écriture car si le réalisateur a voulu filmer essentiellement les conséquences du désir plutôt que les causes, il nous a oublié en tant que spectateurs car tout est trop intellectualisé.

    Lire l’article : Éva


    votre commentaire
  • Une convoyeuse de fond fédérale va s’unir à un météorologue de génie pour contrer une équipe de braqueurs d’élite qui veut profiter de l’ouragan du siècle pour réussir un braquage exceptionnel.
    Un film non conventionnel car la tornade n’est qu’accessoire. Nous assistons surtout aux stratégies des bons et des méchants qui vont chacun ‘’utiliser’’ l’ouragan dans ce ‘’duel’’.
    Un mélange de premier et second degré que les amateurs de films de "casses" ou de "catastrophes" peuvent ressentir comme une frustration.

    Voir l’article : Hurricane


    votre commentaire
  • Greta Gerwig dresse un portrait rare de l’Amérique et d’une adolescente magistralement interprétée par la talentueuse Saorise Ronan. Tout est sincère tendre pétri d’humanité avec une pointe d’humour. Les seconds rôles sont excellents, la mère, le père, la meilleure amie, son premier petit-ami touchant... Un film intelligent où une adolescente est regardée comme une personne à part entière et qui fait battre notre cœur.

    Lire l’article : Lady Bird


    votre commentaire
  • Guillermo Del Toro nous propose un film sublime sur la tolérance, la différence et la bienveillance. Que puis-je rajouter d’autre puisque c’est ma forme de pensée ? Les décors sont sublimes et la musique colle parfaitement au récit. Il s’agit d’un simple besoin d’amour entre deux êtres tragiques ; l’un insignifiant et l’autre inquiétant et monstrueux.

    Quatre statuettes aux Oscars !!! Alors lisez l’article : La forme de l’eau


    votre commentaire
  • Graig Gillepsie nous propose un vrai faux biopic jubilatoire.
    Margot Robbie interprète Tonya Harding ; elle atteint des sommets dans l’insolence, et le politiquement incorrect. 
    Quelle que soit notre opinion (il n’a jamais été prouvé qu’elle a réellement été l’instigatrice de l’agression de Nancy Kerrigan) ce film associe une « version des faits » aussi burlesque que les scènes de patinage sont bluffantes et féeriques.

    À voir absolument. Lire l’article : Moi Tonya


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique