• Bruno Dumont m’a ici moins déconcerté que lorsque j’ai vu Ma Loute que je suis allez voir deux fois car je n’étais entré dans le film qu’au bout de vingt minutes la première fois.
    Cette version de Jeanne d’Arc est à la fois baroque et audacieuse, anachronique tout en étant fidèle à l’œuvre de Charles Péguy.
    Les personnages qui entourent la toute jeune Lise Leplat Prudhomme sont un vrai casting de « gueules » de cinéma. Le phrasé est ampoulé, théâtral, exagéré. J’ai personnellement ressenti et apprécié, l’impressionnant travail de chaque plan, la qualité des décors et costumes.
    C’est un film d’auteur et comme pour les musées d’Art Moderne, le visiteur ou le spectateur criera au génie ou à l’imposture. Plus mesuré, je l’ai trouvé beau, baroque, original et intelligent.

    Jeanne 


    votre commentaire
  • Cédric Kahn nous propose un psychodrame familial avec une belle maitrise du scénario et de la direction d’acteurs. Rajoutons la lumière les décors et les images ainsi que la sublime bande-son comportant les chansons de Françoise Hardy et de Mouloudji. Les acteurs sont tous en symbiose, la tension reste soutenue. Un film qui peut toutefois déstabiliser par ses excès.  

    Fête de famille


    votre commentaire
  • Bien le bonjour mes Belins, Belines

    Non je ne vous ai pas oubliés. Je reviens d'un court séjour à Londres avec une de mes filles.

    Je reprends mes activités dès demain, mais en attendant : voyez plutôt -

     Londres


    votre commentaire
  • Varante Soudjian est un réalisateur qui a surtout travaillé pour la télévision dans des comédies comme Scènes de ménage, Groland, En Famille. Il n’est donc pas vraiment dans le cercle du cinéma.
    Après "Walter", "Inséparables", son deuxième long métrage pourrait bien dépasser le joli score du premier. Nous avons ici une comédie déjantée interprétée par un époustouflant Alban Ivanov, plus foldingue que jamais et Ahmed Sylla qui l’accompagne avec une belle complicité. C’est aussi absurde que du Tex Avery, mais c’est bien ce que nous aimons au cinéma.

    Avec déjà 264 000 entrées en première semaine, il y a du bouche à oreille qui semble fonctionner, malgré la bouderie des professionnels.

    Inséparables.


    votre commentaire
  • Julien Rappeneau nous offre un long métrage parfaitement maitrisé et au scénario (c’est sa spécialité) parfaitement huilé.
    Pourquoi ce film emporte-t-il les suffrages des critiques et des spectateurs ?
    Tout d’abord parce l’histoire est humaine avec des acteurs au diapason sans morale ou message, avec une relation entre l’enfant et ses parents qui est très saine car sans jugement.
    Damiens est parfait et le jeune Maleaume Paquin nous fait vibrer par sa ténacité à remettre son père sur les rails quel qu’en soit le prix. Ils sont entourés par d’excellent acteurs comme Ludivine Sagnier, la mère, Laetitia Dosch géniale en assistante sociale un brin dépassée et Cassiopée Mayance, l’amie de Théo, craquante et lucide, sans oublié Dussollier qui reste sobre pour mettre en valeur le père et son fils.
    Un film qui fait du bien.

    Fourmi 

     


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique