• James Gray, nous offre un film de science-fiction original, qui ne doit pas être comparé à d’autres. C’est à l’opposé de Star Wars ou autre blockbuster car l’action n’est pas le fil rouge.
    Il pose un certain nombre de réflexions existentielles où le Spectaculaire est empreint d’une bonne dose d’émotions diverses. L’intérieur des vaisseaux spatiaux, la beauté des planètes et de la galaxie ont rarement été aussi bien filmé. Il faut se laisser emporter par le côté opéra spatial.
    En savoir plus : lire attentivement mon avis

     Ad Astra 


    votre commentaire
  • La réalisatrice et scénariste Céline Sciamma, nous offre un film éblouissant sur la condition féminine du XVIIIe siècle, la passion amoureuse transgressive, le jeu impressionnant des actrices, Noémie Merlant, Adèle Haenel, très bien accompagnées de Luàna Bajrami.
    Et rajoutons une mention spéciale à Claire Mathon, directrice de la photographie.
    En savoir plus : voir mon avis détaillé.
     

    Le portrait de la jeune fille en feu


    votre commentaire
  • Deux moi, deux films en un, deux vies qui se suivent en parallèles sans se rencontrer. Deux personnages attachants, Ana Girardot et François Civil, qui sont impressionnants de réalisme, comme touché par la grâce.

    Nous pestons à chaque échec d’une rencontre qui aurait dû marcher. Camille Cottin, psy de Mélanie et François Berléand, psy de Rémi, sont excellent, c’est jubilatoire avec de la profondeur. Simon Abkarian, l’épicier est génial et apporte la touche qui apaise la tension de cette histoire, tout comme le chat et la chanson de Dalida. Tous les seconds rôles accompagnent le scénario comme autant de pièces d’un puzzle.
    Un des meilleurs films de Cédric Klapisch à mes yeux.

    Deux Moi


    votre commentaire
  • Alidor qui renvoie l’ascenseur sauve et délivre le pantin. Le môme Eugène est rétabli avec juste une bosse. Pinocchio se rend chez la Fée bleue. Il arrive dans la nuit et est reçu à la fenêtre du quatrième par monsieur Limace.

    Celui-ci accepte de descendre lui ouvrir la porte.

    Monsieur Limace  


    votre commentaire
  • En 2009 lorsque j’écrivis la version moderne de La Fontaine, Livre 1 fable 18, comment ne pas songer au débat de 2007 entre Nicolas Sarkozy le Renard et Ségolène Royale la Cigogne. C’était tentant et jubilatoire. Finalement une fable politique bien actuelle au jeu de Trompecouillons. 

    Le Renard et la Cigogne au XXIe siècle.


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique