• 32e épisode - Dioclétien et la dernière persécution des chrétiens

    Carus préfet du prétoire est proclamé empereur par l’armée. Il refuse  dans un premier temps, puis accepte à la confirmation de la mort de Probus. Il accorde aussitôt le titre de César à ses deux fils : Carin, à qui il laisse le gouvernement de l’Occident et Numérien qui l’accompagne en Orient. Tous deux mènent une campagne victorieuse contre les Sarmates en Pannonie et les Perses jusqu’à atteindre leur capitale Ctésiphon. 
    Et là, parlant par respect, ça part en sucette ; Carus meurt subitement en août 283, frappé par la foudre dans sa tente. Alors croyant à la colère de Zeus, l’armée exige de revenir en territoire romain. 
    De son côté, Numérien atteint d’une affection oculaire est resté cloîtré dans sa tente. Son beau-père Arius Aper préfet du prétoire l’y trouve clamsé. Il a sans doute pété un câble car il dissimule la mort et installe son beau-fils en litière fermée avant de prendre la route. Mauvais plan, car l’odeur de putréfaction fait découvrir la supercherie. 
    Mis en accusation, Aper n’a pas le temps de s’expliquer, qu’il se fait poignarder par Dioclès commandant de la garde impériale lequel est aussitôt nommé empereur par les soldats. 
    Ça sent un peu l’arnaque comme si Dioclès avait été l’instigateur de la décision stupide d’Aper (qui était le prétendant légitime à la pourpre impériale, puisque préfet du Prétoire) pour ensuite le zigouiller avant qu'il ne dévoile "le poteau rose" et devenir ainsi calife à la place du calife (dixit Iznogoud. Rappelez-vous !).

    Comme de bien s’accorde il y a embrouille entre Dioclès et Carin qui, malgré son avantage en 285 sur les troupes de Dioclès, se fait assassiner par un officier dont il avait séduit la femme ; c’est ballot non ! Et donc, c'estsous le nom de Dioclétien que le nouvel empereur devient le seul maître de l’Empire romain. 
    Après son accession au pouvoir, en 286, Dioclétien nomme 
    coempereur son collègue Maximien Hercule puis il délègue encore son pouvoir en nommant le 1er mars 293, Galère et Constance Chlore. En vertu de cette « Tétrarchie » chaque empereur règne sur un quart de l'Empire. Dioclétien sécurise les frontières de l'Empire et combat toutes les menaces de son pouvoir. Il bat les Sarmates, les Carpes, les Alamans et les usurpateurs d’Egypte ; il fait campagne avec succès contre les Sassanides, met à sac Ctésiphon en 299 puis négocie et réalise avec les Perses une paix durable. Dioclétien quitte le pouvoir, le 1er mai 305. Il est ainsi le seul empereur romain à abdiquer volontairement. Il meurt dans son palais en 311. 
    Pendant son règne, Dioclétien a procédé à une refonte totale des provinces qui sera complétée par ses successeurs. Les provinces passent de 47 à 85 qui sont regroupées, à l'instar des légions en douze diocèses gérés par des vicaires recrutés dans l’ordre équestre et dépendant uniquement de l’empereur. Parallèlement, des changements sont opérés dans le personnel administratif : cette mesure vise tout à la fois à multiplier le nombre de fonctionnaires attachés aux bureaux des gouverneurs, et à rapprocher l'administration des habitants de l'Empire.

    La grande persécution anti-chrétienne (303-311)

    Une nouvelle persécution contre les chrétiens démarre à partir de 303. Galère craignant la vengeance des dieux tutélaires encourage Dioclétien à sévir pour assurer l'unité de l'Empire. Quatre édits universels sont promulgués en 303-304 et affichés dans toutes les villes d'Orient. Ils entendent désorganiser complètement les communautés chrétiennes en rendant leur culte impossible 
    - les églises et les livres sacrés doivent être brûlés. 
    - les évêques sont emprisonnés et les chrétiens qui occupent des fonctions officielles sont radiés, 
    - les esclaves ne peuvent plus être affranchis.
    - les repentis doivent être libérés.  
    - la peine de mort est appliquée contre tous ceux qui refusent les sacrifices.
    Les crieurs publics convoquent tous les habitants (hommes, femmes et enfants) pour les y contraindre : il est difficile de s'y soustraire puisque l'appel est nominatif. La persécution est cette fois systématique et repose davantage sur l'administration locale, plus présente depuis les réformes de la tétrarchie. 
    Je croyais que l'admistration devait se raprocher de l'usager, pas l'exterminer !!! Oui, mais le chrétien c'est pas un usager, c'est un "sectaire". Ah bon, même s'il paye ses impôts ? Tu chipotes, l'administration est au service de l'usager, s'il ne contrarie pas le gouvernement en place. Ok! en résumé on peut aussi dire que démocratie c'est la contraction de "des mots crasses, si !" Tais toi on va finir dans l'arène... 

    Elle dure jusqu'en 311 en Orient où l'édit de tolérance dit "édit de Sardique" suspend ceux de 303-304. Il est promulgué le 30 avril 311 par le même Galère qui avait été l’initiateur de la persécution et cela quelques jours avant sa mort (en mai) ; se sentant copain avec la grande faucheuse, il a peut-être pris la pétoche en craignant de se faire houspiller par les dieux, à son arrivée aux champs élysées, pour avoir poussé le bouchon un peu trop loin.
    La répression avait été mise en sommeil très tôt en Occident : Constance Chlore, (mort lui aussi de mort naturelle le 25 juillet 2006) qui gouvernait en Gaule avait mis si peu d'ardeur à appliquer les édits qu'on n'y connaît aucun martyr et d'ailleurs, les auteurs antiques parlent de milliers de victimes, surtout dans la partie orientale de l'Empire (ce qui révèle que la part des chrétiens dans la population de l'Empire s'est considérablement accrue). Saint-Sébastien est une des victimes les plus célèbres de cette persécution (fresque de Véronèse au Vatican)

    Pendant vingt ans, l'Empire a donc vécu dans une relative stabilité politique tandis que les menaces extérieures ont été fortement diminuées durant la dernière décennie tant sur la frontière rhéno-danubienne que sur le front perse. Il subsiste cependant entre 206 et 210 une période un peu cafouilleuse qui ressemble un peu à l’anarchie jusqu'à l’officialisation du règne de Constantin fils de Constance Chlore, mais ceci est une autre histoire...

    Fin de l'épisode, à suivre...


  • Commentaires

    1
    Mercredi 13 Mai 2015 à 16:17

    Coucou Fab...

    Merci de ton passage...et de ton commentaire toujours apprécié...yes

    je suis de moins en moins sur le blog trop occupée ailleurs...cool

    Je créé toujours des cartes....et je prends beaucoup de plaisir à le fairecool

    et comme tu le sais quand j'aime, je me donne à fond........happy

    Je suis bien occupée entre le travail, la maison, le jardin, les petits enfants ....

    Mamie active.....heureusement de temps en temps y a des vacances ....

    Bisous et prends soin de Toi...........yes

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :