• 30e épisode - De Valérien à Aurélien

    La fin de l'Anarchie

    En 253 pas moins de quatre prétendants à la pourpre impériale entrent en compétition, chacun ayant reçu l’investiture de ses légions. Mais l’armée est versatile et du jour au lendemain elle défait ce qu’elle a créé. C’est Trébonien Galle qui le premier en fait les frais en se faisant zigouiller par sa propre troupe qui, pour faire bonne mesure envoie Valusien fumer les mauves par la racine.  Quand à Emilien qui s’est acoquiné avec Valérien, il lui prend idée de se la jouer traitre et se prépare à faire un petit dans le dos à l'empereur. Mal lui en prend, puisque lui aussi ferme son parapluie en se faisant trucider par ses soldats qui se rallient à Valérien.

    Les Trente Tyrans

    Balle au centre, Valérien âgé de soixante ans  inaugure la période des Trente Tyrans en faisant reconnaître son fils Gallien comme Coempereur qu’il charge de veiller aux frontières de l’Occident tandis que lui se charge de l’Orient. Pour regonfler les caisses d l’Etat, Valérien mal conseillé, renoue avec la persécution des chrétiens, de 257 à 259, histoire de piquer leurs picaillons et financer ses campagnes militaires.  Fin 259, il se fait bêtement capturé par Shapur 1er et il périra en captivité puisque son fils refuse de verser la rançon. Gallien en 260 met un terme à la persécution des chrétiens proclamant par un édit de tolérance « La petite paix de l’église ». La situation de Rome n’en est pas moins tragique avec de nombreuses rebellions et usurpations : Postume en gaule et Odénat en Orient que l'empereur tolère pour parer au plus pressé. 
    Marius Cassianus Latinius Postumus  dit Postume général et gouverneur de la Gaule Belge remporte de brillantes victoires contre les Francs. Il dirige alors la Bretagne, l’Espagne, la Germanie inférieure et supérieure et repousse les attaques de Gallien en 261 et 266 créant l’Empire des Gaules et se comportant avec le soutien des élites gauloises en véritable empereur. Mais il ne marche pas sur Rome et bien qu'il périt au cours d’une sédition en 269, son empire sera ensuite dirigé par Marius puis Victorin et Tetricus avant que l’Empire des Gaules ne revienne dans le giron de Rome en 274 suite à la victoire d’Aurélien.

    Quand à Gallien, il parvient à stabiliser l’Orient en récupérant les provinces prises par les Parthes (Perses) tout en restant en bons termes avec Odenat qui, ayant pris la grosse tête, se fait appeler le Roi des rois. Victime d’un complot ourdi par sa fenotte Zénobie et son fils Vaballath, Odenat rejoint à son tour la grande faucheuse. Zénobie devient alors reine de la province de Palmyre qu'elle proclame autonome, mais sans rompre officiellement avec Rome.

    On ne change pas les habitudes et Gallien rejoint lui-aussi la camarde en septembre 268 alors qu’il assiégeait l’usurpateur Aureolus retranché dans Milan. Son successeur Claude II dit le Gothique, fait exécuter les séditieux et laisse Aureolus se faire massacrer par ses propres troupes. Brillant stratège il finit après quelques années de dures campagnes et escarmouches sanglantes à repousser les Goths à l’est du Danube en 270. Voué à un règne long et glorieux, il n’a que 56 ans, il dépote son géranium en août 270 victime de la peste à Sirmium en Serbie.  Son frère Quintillus est nommé par la troupe et le Sénat pour le remplacer, mais vlan ! Passe-moi l’éponge, la puissante armée de Pannonie lui préfère Aurélien. Quintillus qui se trouve en position de faiblesse se rallie à cette décision. Ce qui n’empêche pas qu’il dévisse son billard près d’Aquilée. D’aucuns disent qu’il s’est suicidé, mais de mauvaises langues prétendent qu’il a été estourbi par ses soldats.

    Aurélien réhabilite l'Empire

    Aurélien se lance dans la réunification de l’Empire. Il fait construire autour de Rome une enceinte solide « le mur d’Aurélien » que renforceront quelques autres empereurs. Il jugule les derniers envahisseurs goths, les Vandales et les Juthunges qu’il vainc à la bataille de Pavie. En 271 et 273 il récupère la province de Palmyre, la Syrie et l’Egypte, capture Zénobie et Vaballath. Puis il fait campagne pour reprendre La Gaule et la Bretagne et obtient la capitulation de Tetricus, sans résistance, près de Châlons-en-Champagne en 274. Il peut alors célébrer son Triomphe à Rome. Il prodigue cependant sa clémence à Zénobie et son fils qui sont assignés à résidence à Tibur où l’ancienne reine épouse un sénateur romain et Tetricus devient même sénateur et administrateur en Italie. En fait, Aurélien avait eu un songe qui lui prédisait la victoire s'il se montrait ensuite clément.

    Aurélien montre de véritables qualités d’homme d’état et il a surement ralenti la déliquescence de l’Empire en s’attaquant à la crise monétaire. Il développe les importations de produits précieux des différentes colonies  et l’exploitation de leurs ressources, améliore les rentrées fiscales. De même il rationalise le ravitaillement alimentaire des villes et organise les corporations des bateliers du Tibre, des boulangers, bouchers... attachant chaque métier à ses membres.

    La religion d'état

    Sa mère prêtresse du Soleil en Pannonie et son épouse Séverine une chenuse colombe, placée sous la protection du Soleil radié le conduisent à institutionnaliser le culte solaire de Sol Invictus, c’est-à-dire la religion zoroastrienne  de Mithra. Le 25 décembre est inscrit au calendrier comme fête de la naissance de Sol invictus.
    Nous assistons ici au dernier baroud d’honneur de cette religion qui n’ayant pas d’écrit se verra au cours des siècles à venir, boulottée petit à petit par le christianisme qui utilisera largement ses symboles comme la mitre et la crosse des évêques, l’eucharistie, la fête de noël... Tout ceci a été largement occulté au cours du moyen âge et la répression des Cathares en est un exemple comme celle des alchimistes qui maitrisaient des connaissances avancées en technologie et médecine. Si vous étudiez un tant soit peu les francs-maçons, vous seriez surpris des analogies avec cette religion qui actuellement sort à cha peu de l’ombre bien que ses mystères demeurent sous une chappe de silence. Mais rassurez-vous, je serais amené à vous en dévoiler d’avantage.

    30e épisode - De Valérien à Aurélien

    En 275, Aurélien part en campagne contre les Perses lorsque une conspiration trompe les officiers de son entourage, qui, craignant à tort pour leurs vies assassinent l’empereur. 

    Décidemment tu as beau chass30e épisode - De Valérien à Auréliener le naturel, il revient au galop soit dit en passant et pour reprendre le vers du poète latin Horace, vers qui a d'ailleurs été repris dans la fable de La Fontaine " la Chatte métamorphosée en femme "  qu'il avait d'ailleurs repris de la fable d'Ésope " Le Chat et Vénus ".
    Promis je vous écrirai la fable en argot populaire un de ces quatre, si j'en ai le temps, mais sachez que (comme disait Coluche) : c'est l'histoire d'un mec un peu bredin, amoureux de sa chatte que le Destin (Vénus pour Ésope) change en gisquette (pas le bredin, la chatte). Lorsqu'un soir, quelques souris font la foire et désensommeillent le couple, la donzelle redevient minette pour boulotter les mulots.

    La Fontaine conclut en disant du naturel :
    Qu'on lui ferme la porte au nez
    Il reviendra par les fenêtres


    Fin de l'épisode, à suivre

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :