• Arrivés en fin d'après-midi, à Jérusalem, Jihane, Lunatix et Fabulan furent chaleureusement accueillis par Kimia et Paulus à son cantonnement installé en banlieue sud de la ville. Il leur dit:

         - Toutes les auberges et les appartements en location sont saturés. Avec le recensement et l'affluence de cette fin d'année parce que les gens ont attendu la date limite pour se faire inscrire, impossible de trouver à se loger. Heureusement un ami de mon père possède non loin d'ici une domus et il m'a proposé de vous héberger, le temps de votre séjour en Judée. Il nous a d'ailleurs invités ce soir à partager son repas.

         - Il est vrai, répondit Lunatix, que j'avais rarement vu une telle affluence et nous avons eu du mal avec notre chariot à nous frayer un chemin parmi la foule. Comment se passe le recensement ?

         - Nous ne sommes intervenus que pour quelques légers incidents. Il règne depuis quelques temps un climat curieusement paisible comme si chacun était en attente d'un évènement. Même le temps est calme avec des températures douces qui avoisinent les 20, 24° en journée. Par contre, les nuits étant claires, elles restent froides  de 5 à 8°.

         - Jihane connaît le climat de la région et a prévu nos tenues en conséquence.

         - Je vais donner des ordres pour faire transférer vos bagages chez votre hôte, Josué Elkaim. Profites-en pour te rafraîchir et te préparer pour la soirée.

    Lunatix alla rejoindre Jihane et sa belle-soeur qui venaient de donner le bain à Fabulan et jouaient avec l'enfant. Il se prépara à son tour.

    La domus de Josué était effectivement proche du cantonnement. L'homme, de taille moyenne était affable et reçut ses invités comme s'ils étaient amis de longue date.

         - J'ai connu le père de Paulus alors que j'exerçais à Smyrne en qualité de médecin. De passage à Antioche, j'ai été appelé à son chevet suite à une mauvaise chute de cheval. Je l'ai remis sur pied et il s'est rapidement requinqué. De son côté, il était intervenu pour nous aider lors d'une période de troubles contre la communauté juive et nous sommes devenus de bons amis.

          - Le bien appelle le bien! déclara Lunatix, connais-tu la raison de l'étrange comportement presque serein de la population et que l'on observe dans toute la province?

         - Il semble que des signes avant-coureurs de la prophétie de Michée aient été décelés aussi les gens attendent avec un mélange de crainte et d'espoir sa réalisation. Sauf Hérode qui craint que cela conduise à la perte de son autorité et sa déchéance. Et  vous-même qu'en est-il?

         - Pour l'heure, nous sommes surtout en pleine saturnales. Depuis cinq jours se déroule notre fête religieuse, la célébration du règne  de Saturne, dieu des semailles et de l'agriculture. C'est aussi à Rome la libertas decembris (fête de la liberté et du monde à l'envers). Dans deux jours les esclaves de Rome vont toute la journée devenir les maîtres et les maîtres obéiront aux esclaves.

         C'est aussi ce même jour du 25 décembre que les croyants du culte de Mithra fêteront, par le sacrifice d'un taureau, le Sol invictus (Soleil invaincu) correspondant à la naissance de ce jeune dieu solaire, qui surgissait d'un rocher ou d'une grotte sous la forme d'un enfant nouveau-né.

         En ce qui nous concerne, avec Jihane, nous allons appliquer la fête des sigillaires (sceaux ou cachets de terre) c'est à dire offrir des cadeaux à Fabulan notre fils. Nous serions honorés si tu acceptais que nous prenions à notre charge les frais du festin et la décoration de ta salle de banquet, avec des plantes vertes.  

         - J'accepte avec plaisir car ceci me semble bien sympathique et ne remet pas en cause ma propre croyance. Vous avez toute latitude pour le faire. je vous ferai accompagner par un serviteur.

    Le lendemain, ayant laissé Fabulan sous la surveillance de Kimia, Lunatix et son épouse firent leurs emplettes en ville. Sur le chemin de la domus de Josué, ils croisèrent un couple, dont la femme était assise sur un banc de pierre comme victime d'un malaise.

    Jihane était aussitôt venue au-devant de la femme et s'enquit:

         - Pouvons-nous vous aider, je suis infirmière et aussi accoucheuse. Vu votre état, il semble que le terme soit proche !

    18 - L'enfant     - Merci, ça va aller répondit la femme, je me repose quelques instant car nous devons rejoindre Bethléem où nous avons loué une grotte aménagée. Nous sommes venus pour le recensement. La file d'attente était longue et je me suis sentie un peu lasse.

         - Il n'est pas question que je vous laisse seule, nous allons vous accompagner. Et avant que le couple ne proteste, Jihane donna ses instructions au serviteur en disant de ne pas s'inquiéter s'ils rentrent tard.

    Bethléem était à seulement dix kilomètres au sud de la ville et même à vitesse réduite, l'homme avait enfourché leur âne, Jihane avait pris la femme sur son cheval et Lunatix fermait la marche avec le sien, il ne leur fallut que deux heures pour attendre les faubourgs de la petite ville où effectivement de nombreuses grottes avaient été aménagées en logements.              

    18 - L'enfant

    Ils prirent un frugal repas de galettes de pain, de poissons séchés et d'eau conservée fraiche dans une gargoulette, puis les deux hommes, une couverture sur les épaules s'installèrent sur le perron. Le travail de la parturiente venait de commencer et Jihane qui avait demandé à ce que l'on fasse bouiller de l'eau était restée avec elle dans leur petite chambre.

         - Très joli ce petit berceau en bois, dit Lunatix !

         - Je suis charpentier, répondit en souriant l'homme ! 

    La nuit était claire et outre la lune qui diffusait une lumière douce, Lunatix observa une étoile qui brillait d'une forte intensité. Il frissonna en repensant à toutes les prophéties; celles des druides, des prêtres égyptiens, de Mithra et de Michée...

    Nous étions la nuit du 24 décembre...

    A suivre...


    1 commentaire
  • Lorsque Lunatix rendait visite à son ami Paulus en garnison à Palmyre, zone franche où il assurait le maintien de l'ordre et la protection des caravaniers et surtout du marché qui constituait la plaque tournante du commerce entre l'Asie, l'Afrique et l'Occident, il aimait se bambaner et chiner en circulant à travers les étals de nourriture, d'épices, de produits manufacturés comme la vaisselle, la poterie, les bijoux, le petit mobilier. Il admirait les couleurs chatoyantes des tissus et vêtements exotiques venus de Maurétanie, de Perse ou de Chine. 

    Mais par-dessus tout il se régalait d'entendre une foultitude d'accents et de langages aux accents musicaux qui allaient du grave et chantant des méditerranéens et africains  à l'aigu et nasillard du parler asiatique. Alors qu’il flânait à proximité d’un stand de tissus et de  vêtements de soie, il aperçut le manège suspect d’un chaland qui manifestement observait d’avantage les acheteurs que les articles exposés. Il s’approcha discrètement de l’individu et le vit sortir de sa ceinture un coutelas avec lequel d’un geste rapide il coupa les lanières d’un sac de toile que portait en bandoulière une femme en train de choisir des étoffes. Avant même qu’elle ne réagisse, l’homme détala, le sac à la main. Il se heurta à Lunatix qui l’immobilisa en interpellant deux légionnaires qui patrouillaient non loin de là.

    Sans que l’incident ne monopolise l’attention de la foule, les soldats se saisirent du voleur qu’ils garrottèrent en remerciant Lunatix de son intervention et lui remettant le sac. En se retournant, Lunatix se retrouva presque nez à nez avec la victime.                                                                                     17 - Jihane

    C’était une jeune femme de type persan, vêtue d’une longue robe sans manche plissée à partir de la taille et de couleur bleue boutonnée sur le devant. Des épaules aux hanches elle portait une tunique à longues manches, fermée à la taille par une ceinture. Des bracelets d’argent enserraient ses poignets et des boucles d’oreilles créoles ornaient ses oreilles. Un collier assorti mettait en valeur son cou délicat. Elle était légèrement maquillée avec juste ce qu’il faut d’ombre à paupières bleutée pour accentuer la luminosité de ses yeux en amandes, noirs métalliques. De longs cheveux couleur jais légèrement ondulés encadraient son visage à l’ovale parfait. Elle lui souriait gentiment, presque humblement. Lunatix était comme paralysé lorsqu’elle s’adressa à lui.

         - Merci pour votre aide, j’avais dans mon sac des bijoux de valeur appartenant à ma mère et qui venaient d’être réparés par le joailler. Elle aurait été triste de les avoir perdus et je me serai sentie coupable de ma négligence !

    Fabulix une boule à la gorge ne parvenait pas à répondre quand un homme d’allure noble arriva à leur hauteur et embrassa la jeune femme, lui demandant ce qui venait de se passer. Elle raconta sa mésaventure à celui qui était son père, lequel se retournant vers Lunatix le remercia chaleureusement d’une ferme poignée de main.

         - Venez ce soir dîner à la maison, nous ferons plus ample connaissance…

    C’est ainsi que Lunatix connut Jihane qui allait devenir sa femme. Le mariage eut lieu en juin 751. Ce fut une belle noce. Fabulix, Néferet, Magdelo et Tartempio étaient venus de Lugdunum. Paulus l’ami de Lunatix et Kimia la sœur de  Jihane, furent leurs témoins.

    17 - Jihane

    Jihane exerçait comme sa mère la profession d'« accoucheuse » et infirmière. Elle connaissait les plantes médicinales car. comme son père, pratiquait le culte de Mithra, il connaissait des initiés de niveau quatre surnommés les « léos ou lions» et de niveaux cinq les « perses ». Il avait ainsi pu permettre à sa fille de suivre comme candidate libre les cours de médecine de l’école réputée de Smyrne et que suivaient les initiés à vocation de mage.

    Voir à gauche les attributs du culte de Mithra

    En septembre 752, ce fut bien sûr sa mère et aussi Néferet venue pour la circonstance qui l’aidèrent à mettre au monde leur premier fils qu’ils nommèrent Fabulan. Et comme de bien s'accorde, Paulus et sa fenotte, Kimia la soeur de Jihane qu'il avait épousée quelques mois plus tôt, acceptèrent d’être le parrain de l’enfant.

    C'est au cours de cette période, que l'empereur Auguste qui voulait connaître ses administrés (mais aussi en avoir la mainmise fiscale), avait décidé de mettre en œuvre le recensement des populations résidant dans les provinces de l’empire ou d’obédience romaine. La Palestine en faisait partie, et Paulus, fut chargé d’assurer la protection et le contrôle de la bonne tenue des bureaux en charge de cette action. Il installa son cantonnement à Jérusalem où Kimia le rejoignit.

    C’est ainsi, qu’en cette fin d’année 753, à l’approche des saturnales, Lunatix et Jihane vinrent leur rendre visite

    A suivre...


    2 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires