• 16 - Jihane

    Lorsque Lunatix rendait visite à son ami Paulus en garnison à Palmyre, zone franche où il assurait le maintien de l'ordre et la protection des caravaniers et surtout du marché qui constituait la plaque tournante du commerce entre l'Asie, l'Afrique et l'Occident, il aimait se bambaner et chiner en circulant à travers les étals de nourriture, d'épices, de produits manufacturés comme la vaisselle, la poterie, les bijoux, le petit mobilier. Il admirait les couleurs chatoyantes des tissus et vêtements exotiques venus de Maurétanie, de Perse ou de Chine. 

    Mais par-dessus tout il se régalait d'entendre une foultitude d'accents et de langages aux accents musicaux qui allaient du grave et chantant des méditerranéens et africains  à l'aigu et nasillard du parler asiatique. Alors qu’il flânait à proximité d’un stand de tissus et de  vêtements de soie, il aperçut le manège suspect d’un chaland qui manifestement observait d’avantage les acheteurs que les articles exposés. Il s’approcha discrètement de l’individu et le vit sortir de sa ceinture un coutelas avec lequel d’un geste rapide il coupa les lanières d’un sac de toile que portait en bandoulière une femme en train de choisir des étoffes. Avant même qu’elle ne réagisse, l’homme détala, le sac à la main. Il se heurta à Lunatix qui l’immobilisa en interpellant deux légionnaires qui patrouillaient non loin de là.

    Sans que l’incident ne monopolise l’attention de la foule, les soldats se saisirent du voleur qu’ils garrottèrent en remerciant Lunatix de son intervention et lui remettant le sac. En se retournant, Lunatix se retrouva presque nez à nez avec la victime.                                                                                     17 - Jihane

    C’était une jeune femme de type persan, vêtue d’une longue robe sans manche plissée à partir de la taille et de couleur bleue boutonnée sur le devant. Des épaules aux hanches elle portait une tunique à longues manches, fermée à la taille par une ceinture. Des bracelets d’argent enserraient ses poignets et des boucles d’oreilles créoles ornaient ses oreilles. Un collier assorti mettait en valeur son cou délicat. Elle était légèrement maquillée avec juste ce qu’il faut d’ombre à paupières bleutée pour accentuer la luminosité de ses yeux en amandes, noirs métalliques. De longs cheveux couleur jais légèrement ondulés encadraient son visage à l’ovale parfait. Elle lui souriait gentiment, presque humblement. Lunatix était comme paralysé lorsqu’elle s’adressa à lui.

         - Merci pour votre aide, j’avais dans mon sac des bijoux de valeur appartenant à ma mère et qui venaient d’être réparés par le joailler. Elle aurait été triste de les avoir perdus et je me serai sentie coupable de ma négligence !

    Fabulix une boule à la gorge ne parvenait pas à répondre quand un homme d’allure noble arriva à leur hauteur et embrassa la jeune femme, lui demandant ce qui venait de se passer. Elle raconta sa mésaventure à celui qui était son père, lequel se retournant vers Lunatix le remercia chaleureusement d’une ferme poignée de main.

         - Venez ce soir dîner à la maison, nous ferons plus ample connaissance…

    C’est ainsi que Lunatix connut Jihane qui allait devenir sa femme. Le mariage eut lieu en juin 751. Ce fut une belle noce. Fabulix, Néferet, Magdelo et Tartempio étaient venus de Lugdunum. Paulus l’ami de Lunatix et Kimia la sœur de  Jihane, furent leurs témoins.

    17 - Jihane

    Jihane exerçait comme sa mère la profession d'« accoucheuse » et infirmière. Elle connaissait les plantes médicinales car. comme son père, pratiquait le culte de Mithra, il connaissait des initiés de niveau quatre surnommés les « léos ou lions» et de niveaux cinq les « perses ». Il avait ainsi pu permettre à sa fille de suivre comme candidate libre les cours de médecine de l’école réputée de Smyrne et que suivaient les initiés à vocation de mage.

    Voir à gauche les attributs du culte de Mithra

    En septembre 752, ce fut bien sûr sa mère et aussi Néferet venue pour la circonstance qui l’aidèrent à mettre au monde leur premier fils qu’ils nommèrent Fabulan. Et comme de bien s'accorde, Paulus et sa fenotte, Kimia la soeur de Jihane qu'il avait épousée quelques mois plus tôt, acceptèrent d’être le parrain de l’enfant.

    C'est au cours de cette période, que l'empereur Auguste qui voulait connaître ses administrés (mais aussi en avoir la mainmise fiscale), avait décidé de mettre en œuvre le recensement des populations résidant dans les provinces de l’empire ou d’obédience romaine. La Palestine en faisait partie, et Paulus, fut chargé d’assurer la protection et le contrôle de la bonne tenue des bureaux en charge de cette action. Il installa son cantonnement à Jérusalem où Kimia le rejoignit.

    C’est ainsi, qu’en cette fin d’année 753, à l’approche des saturnales, Lunatix et Jihane vinrent leur rendre visite

    A suivre...


  • Commentaires

    2
    Dimanche 27 Octobre 2013 à 19:14

    Merci ma Ginie, je suis content que mon livre t'ai plu. Je suis très pris avec la création du site internet pour les Amis de Lyon et Guignol, mais ensuite j'écrirais la suite de la mission de Père Noël. Comme toi, je suis très pris, mais en ce qui me concerne, c'est beaucoup de bonheur car j'écris et ma vie sociale est très riche et très active.

    Bisous à toute ta tribu

    Pipa

    1
    ginie la pie
    Dimanche 27 Octobre 2013 à 17:48

    Bonsoir PIPA !! en me lustrant les plumes, je me suis mis à lire les 2 suites de l'histoire de lunatix. Je dois dire qu'étant très fleur bleue héhé j'ai beaucoup aimé cet épisode. Je viens de finir ton livre, je sais ........par rapport à mes sissoeurs je suis un peu à la traine mais il me faut du temps c'est que je suis une pie très prise !! J'ai beaucoup aimé et apprécié les liens que tu fais après chaque "petite" fin entre les personnages de ton livre et ce qu'ils vont devenir. 

    Je te fais plein de gros bisous, bonne soirée, flap flap flap..................

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :